Medication •• Dhèss.

 :: • New-York • :: Hôpitaux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 25
Points : 207
Age : 17
Date d'inscription : 22/05/2017
Véhicule : Toyota GT86 2014
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Lun 5 Juin - 22:38
Medication FT. Dhèss
Louise et ses maudits problèmes de tensions, ses maudites migraines qui vont avec d’ailleurs, et ses rendez-vous beaucoup trop fréquents dans les hôpitaux, parce qu’un doliprane ne suffit plus. Ce qui m’énerve le plus, c’est la maladie en elle-même, je ne peux certainement pas blâmer ma fille d’en être malade. Et je ne voudrais certainement pas être à sa place, quand ses maux de têtes deviennent trop dur à supporter. J’aimerais être capable de l’apaiser, mais je ne peux que lui dire que tout ira bien, et que ça va passer. Aujourd’hui, on doit de nouveau aller voir un infirmier pour changer les traitements. Comme si les journées d’écoles n’étaient pas assez éreintantes pour la petite tête blonde, il faut en plus qu’elle passe son samedi après-midi dans un grand établissement similaire, qui sent les médicaments et, où la maladie est partout présente. Ce n’est pas une vie pour une petite fille de 3 ans à peine.

Le repas pris, et la sieste faite, nous voilà prêt à quitter la maison pour aller au bâtiment aux morts. Je soupire intérieurement à l’idée de rentrer une fois encore dans l’endroit où Cheryl a perdu la vie. Comme à son habitude, Louise me demande de mettre sa musique préférée, et je ne peux lui refuser. C’est donc comme ça, que le générique des Super Nanas Zeta me bourdonnent dans les oreilles pendant une bonne dizaine de minutes, le temps d’arriver sur le parking. Je pourrais presque vous réciter les paroles par cœur, si ça continue. Je ne dis pas que je n’aime pas, juste que l’entendre tout le temps, sans arrêt c’est redondant et très irritable. Garé, je sors du break, et vient sortir la petite blonde de son supplice aussi appelé siège-auto. Je ne peux décidemment pas me permettre de prendre ma fille dans un voiture de fonction, ou même la Toyota. Si on venait qu’à apprendre l’existence de ma double vie, et de l’existence de Louise, je serais fichu.

Les quelques mètres entre l’automobile et le bâtiment se font plutôt vite, ce qui est plus long, ceci étant, c’est de devoir attendre l’arrivée d’un médecin qui veuille bien nous prendre en charge. Lorsque je vois celui qui va s’occuper de Louise, je trésaille, son visage me dit vaguement quelque chose. J’avance avec ma fille dans une petite salle exigüe, où on pourra parler d’elle. « Bonjour, on est là pour les dosages de son traitement. Etant donné qu’elle a une tension trop élevée, on doit lui administrer des médicaments chaque jour pour la baisser, mais on nous a dit de revenir tous les 6 mois pour voir s’il fallait revoir les dosages, par rapport à son âge, sa taille et son poids. » Je me frotte l’arrière du crâne et omet de lui dire que le « on lui administre » revient à un simple « je » et que ma femme nous a fait faux bond quand un petit con l’a tué par « inadvertance. » Je soupire, encore.



Let's talk about u in #921a29
Revenir en haut Aller en bas
Dhèss Wilson
Solitaire
avatar
Messages : 15
Points : 184
Age : 33
Date d'inscription : 31/05/2017
Véhicule : Aucun
Orientation sexuelle : Bisexuel
Mar 6 Juin - 12:13
Et de un... Et de deux... Et de six... Ah.... J'en ai marre.... Ils me fatiguent... Tout ses gens avec que des choses habituelles et leurs blablas déprimants quasis-identique. Ouai, ouai, je sais, ça fait mal, ça fait peur, ça saigne... Bandes d'idiots, si c'était pas le cas, pourquoi venir? Tient, c'est ce qui serait marrant, d'avoir un non malade qui joue les malades... Mais qui les jouent bien hein!

Le vieux pépé que j'ai soigné sort de ma petit salle de consultation, meuglant que je suis un "enfoiré de sale gamin"... L'infirmière me lance un regard noir avant de me poser - ou plutôt me frapper - le dossier de mon prochain patient dans les mains. Je crois qu'elle ne m'aime pas... Ba... Tans pis, j'y peux rien, mais je lui souris, bâtonnet de sucette vide coincé entre les lèvres.

"Merci ma chérie d'amour que j'aime de tout mon cœur ♥"

Je repart dans mon bunker improvisé où un homme et sa fille se sont installés, fermant la porte derrière moi. Je dois dire que je pose un regards plus intéressé sur la mioche que sur son père avant de lire le dossier: j'adore les gosses, ça dit des choses justes et idiotes à la fois sans se soucier de la moral ou de cette muselière de bonnes manières qu'ont les adultes.

Papounet-poule d'ailleurs me récite sa bonne leçon avant de soupirer. Je le fixe un moment avant de reposer mon attention sur la gamine: Si c'est elle ma patiente, alors c'est à elle que je vais parler. Je suis sur que les gamins, même de trois ans, ça comprend bien des choses.

"Hey, Poussinette, la couleur de cheveux de P'pa, elle change aussi tout les 6 mois? Si on lui prescrivait une coloration rose bonbon? Et une coupe en brosse? Tu crois que ça égayerait la maison?"

Accoudé à mon bureau, je souriais, mordant dans mon bâton de sucette que je refusais de lâchait même si il n'y avait plus rien à y manger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Points : 207
Age : 17
Date d'inscription : 22/05/2017
Véhicule : Toyota GT86 2014
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Mar 6 Juin - 19:58
Medication FT. Dhèss
Je croise les bras, fixant attentivement les différentes affiches placardées aux murs. Dieu que cet endroit est lugubre, surtout pour une enfant. Le médecin s’adresse à la petite tête blonde dont les deux perles bleutées se mettent à briller. La blague du médecin me laisse perplexe. Hormis le fait qu’il se foute totalement de ma gueule, il a quand même réussi à faire sourire ma petite princesse qui était pourtant réticente à l’idée de devoir venir ici. Si tout continue ainsi, je suis pratiquement sûr qu’elle finira par demander de revenir pour le voir lui. C’est triste à dire, mais j’ai peur qu’elle affectionne quelqu’un d’autre plus que moi, c’est con, mais maintenant, c’est la seule chose qu’il me reste avec ma mère. Et même si toutes les deux me poussent pour que j’aille tenter ma chance ailleurs, je ne me sens pas totalement prêt.

Je préfère m’abstenir de commentaire et ris jaune à sa blague. La petite répond le sourire aux lèvres à celle-ci. « Mais non, la brosse c’est pour coiffer les cheveux, pas une coupe ! » Je souris en entendant les mots de ma fille. Je le vois rester accouder à son bureau, et en voulant lui donner le carnet de santé de la demoiselle, je m’aperçois qu’encore une fois, j’ai oublié de le prendre dans la précipitation, fais chier. « Hum, il se pourrait que j’ai oublié son carnet de santé, vous pouvez peut-être trouver tout ce dont vous avez besoin sur l’un de vos ordinateurs. » Je me souviens que l’une des médecins que l’on avait vus nous avait retrouvé comme par magie en indiquant simplement les deux noms de familles dans la base de recherche. Si on omet le fait que c’était la seule qui nous as retrouvé, et le fait que c’était aussi, la seule femme qu’on a rencontrée, c’est presque comique. Enfin, maintenant, je suppose que le bonhomme en blouse blanche va simplement la mesurée, la pesée et vérifier sa tension, comme ils l’ont tous faits avant lui. Bien évidemment, je regarde ce qu’il fait d’un œil inquisiteur, pas envie qu’il fasse n’importe quoi avec ma fille lui.



Let's talk about u in #921a29
Revenir en haut Aller en bas
Dhèss Wilson
Solitaire
avatar
Messages : 15
Points : 184
Age : 33
Date d'inscription : 31/05/2017
Véhicule : Aucun
Orientation sexuelle : Bisexuel
Mer 7 Juin - 12:23
Ahahaha pas idiote la petite hein ~ Je souris amusé à sa réponse avant de tourner les yeux vers la papounet en souriant. Lui, j'ai bien vue qu'il a pas autant que ça apprécié ma blague... Ah, les adultes. C'est de leurs fautes en y pensant si les gens sont malheureux, parce qu'ils ne laissent jamais les enfants rester en enfance!

"Ah, je pourrais... Ouai... Est-ce que j'en ai envie, ça, c'est moins sur."

Je me lève de ma chaise, venant lui papater l'épaule en chemin avant de rejoindre la petite, de l'attraper et de la soulever pour la poser sur le lit d’auscultation.

"Midinette, on commence par la tension hein! Parce que vu le pauvre rire de ton Pépére, ça doit bien gonfler... Il manque cruellement d'humour, on va lui prescrire des Dragibus, surtout les verts. Enfin... Tu te souviens comment ça marche? J'enroule cette chose bizarre et pas confortable du tout autour de ton bras et je gonfle, gonfle.... Puis je compte dans ma tête, tout seul, parce que de toute façon, les gens comprennent pas ma façon de compter. Enfin, prête ma chérie?"


Tout en lui parlant, j'enroulais l'appareil autours de son bras avant d'y vérifier sa tension. Je gardais alors dans un coin de ma tête, juste à côté du nom de patient que l'on m'avait donné, la mesure prise. Souriant, je rajoutais alors.

"C'est pas mal ma jolie."


Me tournant vers le père je lui fit signe de s'assoir aussi.

"A vous Papounet ~."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Points : 207
Age : 17
Date d'inscription : 22/05/2017
Véhicule : Toyota GT86 2014
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Mer 7 Juin - 16:07
Medication FT. Dhèss
« Ah, je pourrais…Ouais… Est-ce que j’en ai envie, ça, c’est moins sûr. » Même s’il fait rire Louise, ce médecin me rend barge. Je n’ai pas demandé la Lune, non plus. D’ailleurs, je ne suis clairement pas en droit de lui demander ça, mais je me vois mal tout faire pour rentrer juste pour récupérer ce même carnet et revenir. La petite serait crevée de faire tous ces allers-retours et moi, je serais énervé plus qu’autre chose. Je ne pipe pas mot et attend de voir ce qu’il va faire.  Il se lève, se dirige vers moi pour tapoter mon épaule et repartir vers la blondinette. Il la soulève et la pose sur le lit. Ok, bon, ce type est là pour me mettre à cran. Si c’est une caméra cachée dite le moi tout de suite, parce que s’il continue de jouer avec mes nerfs il va finir avec la tête dans une de ces affiches contre le cancer ou une connerie du genre. Je ne suis pas réputé pour être quelqu’un de patient, mais si on se fout de ma gueule en prime ça aide pas.

Tout en lui parlant il lui installe ce que j’aime appeler « compresseur de bras » et lui prend sa tension. Il ne donne à personne son diagnostic, mais nous laisse avec un « C’est pas mal ma jolie. » Il se tourne ensuite vers moi, je suppose qu’il va me donner les résultats, mais que nenni, voilà qu’il me demande de m’installer à côté de la petite pour qu’il prenne ma tension. Je lui dirais bien qu’on est là pour la petite et non pour moi, mais connaissant Louise, elle serait bien capable de me faire remarquer que moi aussi, il faut que je fasse attention à ma santé. Et puis après tout, peut-être qu’il veut simplement nous mettre sur un même pied d’égalité pour que la blondinette se sente moins seule. Alors je m’exécute et m’assoit en attendant qu’il s’occupe de mon cas. De toute façon, si Louise peut le supporter, je peux le supporter aussi, pas vrai ?



Let's talk about u in #921a29
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TIME LIMIT :: • New-York • :: Hôpitaux-
Sauter vers:
Ouvrir/Fermer la ChatBox